> Les numéros > Scumgrrrls N° 9 - Printemps / Spring 2006

Les régimes ? Mais bien sûr !

[fr] Je n’ai pas peur de le dire, je suis complètement pour les régimes et me voilà donc prête à entamer leur défense. Et s’il en est des qui osent associer le fait de faire un régime à la lecture des magazines abscons qui dénaturent la valeur même de l’action… et bien, tant pis !

Je n’étais ni squelette ni difforme quand j’ai émis mes premiers doutes sur la presse dite féminine. Je devais avoir, disons 9 ans - ?-, quand j’ai cessé d’essayer d’être concernée par ce petit genre. Certaines y reconnaîtront peut-être les prémisses d’inversion, mais allez savoir ce qu’il advient des petites filles qui jouent beaucoup… En tous les cas, j’avais déjà compris que jamais je ne ressemblerais à machine en string sur la couverture de… ou à bazar en décolleté plongeant direction talons. Quant à la rédactrice en chef qui se targuait de promouvoir toutes ces icônes faites femmes, j’en faisais mon affaire…

Aussi je m’étonne quand, à nos âges, et sous couvert d’une argumentation féministe, mes amies (qui ne tortillent ni du cul ni ne se la jouent cheftaine) s’offusquent du « rôle qu’on veut nous faire jouer ». Désigner ce on (média, mode etc.) est une façon plutôt commode de ne pas s’attaquer à ces zones flasques de nous-même. Je m’explique : contre les colères inopinées, il y a le yoga, contre les comportements à répétitions, il y a l’analyste, contre les ravages de l’alcool et autres variations, il y a les X Anonymes. Alors, concernant les masses indésirables, pourquoi les régimes auraient-ils un autre statut ?

Quand je sens mes élans affectifs freinés par ma bouée, pas la peine de se voiler la face, je me dirige inéluctablement vers la dépression… Et ça empire quand j’ai le malheur de faire un effort : j’enfourche un vélo, pour soi-disant bouger un peu, et voilà que je ne fais que sentir twister mes bourrelets sur les pavés… Je passe le sentiment d’échec et la nostalgie de mon corps d’antan, celui de quand j’avais 9 ans, m’envahit… je plonge, pompom, et m’en veut de me voir plonger.

Alors, que notre rapport à la nourriture soit irrémédiablement lié à nos divers et tortueux fonctionnements, je ne discute pas et suis la première à essayer d’en rire. D’ailleurs mes amies, à qui je dois souvent justifier mes régimes, m’opposent une tantinet de « mais tu es complètement folle de t’infliger pareille torture, d’ailleurs ça ne marchera pas » mélangé à une pointe « c’était quoi encore le truc des protéines ? » Comme quoi…

Aussi, quelque provocatrice qu’apparaisse ma prise de position en faveur des régimes, je vous demanderais plutôt de la considérer comme une marque d’indépendance face à ce on, car n’a de pouvoir que celui à qui on le reconnaît. Je perçois la désignation de l’imagerie médiatique ou publicitaire comme un aveu de défaite. Nous sommes des belles femmes, qui font ce qu’elles veulent de leur corps pour se sentir bien dans l’espace public, de quelque taille que ce soit. Et si les régimes sont des outils, et bien qu’on s’en serve !

EN

I do not fear to tell it, I am completely in favour of diets and ready to take their defense. And if some dare to associate making a diet with the reading of stupid magazines that alter the very value of the diet ... nevermind !

NL Nee, ik ben niet bang om het te zeggen : ik ben helemaal vóór het dieet en in wil er hier dan ook voor in de bres springen. En als sommigen diëten durven associëren met het lezen van verwerpelijke tijdschriften, die de waarde van de daad helemaal vertekenen... dan moeten ze dat zelf maar weten !